Les honoraires du vétérinaire

veterinaire-article

LES HONORAIRES DU VÉTÉRINAIRE

Ce que représentent les honoraires du vétérinaire

Un professionnel de la santé pas comme les autres. Le vétérinaire porte toute son attention aux animaux qu’il soigne : leur santé n’a pas de prix bien qu’elle ait un coût… Les Français ont l’habitude de payer leurs factures d’eau, d’électricité, de supermarché, de plombier… Mais avec notre système de Sécurité sociale, nous ne sommes pas habitués à payer nous-mêmes nos soins médicaux.

Nous n’avons donc pas vraiment conscience du coût réel de la santé. C’est un peu la même chose pour les coûts liés à la santé de vos animaux, mais cette fois il faut bien les assumer… Et l’on prête parfois au vétérinaire l’image du professionnel relativement cher. Il est important de bien évaluer le travail de votre vétérinaire, pour comprendre le rapport qualité-prix des soins apportés.

Que deviennent les 96 € d’honoraires payés par un client à son vétérinaires

Le revenu du praticien avant impôt est d’environ 20% de la facture : le rapport entre le revenu du praticien et le paiement du client est donc de 1 à 4,5. En effet, sur 96 € payés par un client, 16 € sont en réalité de la TVA et 61,30 € des coûts. Le vétérinaire conserve 18,70 € à partir desquels, une fois l’impôt sur le revenu payé, il tire son revenu net.

Les soins de médecine humaine bénéficient d’une exemption de TVA : ils sont donc d’emblée 20% moins chers que les mêmes soins vétérinaires…

IR : impôt sur le revenu – source ARAPL, 2005, auprès de 1 220 vétérinaires

  • Ce que paye le client (TTC) 96,00 €
  • TVA reversée à l’Etat 16,00 €
  • Ce que perçoit le vétérinaire 80,00 €
  • Ce que paye le vétérinaire (HT)
  • Achats de produits 27,70 €
  • Salaires et charges sociales des employés 13,20 €
  • Loyers du local 4,10 €
  • Amortissements 1,60 €
  • Charges sociales obligatoires du vétérinaire 4,90 €
  • Autres coûts 9,80 €
  • Ce que gagne le vétérinaire (avant IR) 18.70 €
  • Combien gagne un vétérinaire ?
  • 57 000 €, c’est le revenu moyen des vétérinaire, soit environ 4 750 € net par mois (avant impôt et charges sociales complémentaires; CARPV 2006).

Ce revenu est effectivement supérieur au revenu moyen des Français, mais il est inférieur à tous ceux des Docteurs de la santé humaine, comme les médecins, les dentistes et les pharmaciens. Il y a, bien entendu, des variations en fonction des régions, du type d’activités, etc.

Pourquoi les médicaments vétérinaires sont-ils en général plus chers que leurs équivalents humains ?

La TVA est 20% alors qu’en humaine elle est de 5,5% : cela fait une différence de 14,5% imposée par l’Etat !

Les coûts de production sont proportionnellement plus chers : les produits vétérinaires ne bénéficient pas des mêmes économies d’échelle alors que les contraintes réglementaires sont proches des médicaments humains (le marché vétérinaire est 20 fois plus petit qu’en humaine : les coûts ne peuvent pas être répartis autant).

Les produits chez le vétérinaire sont-ils plus chers qu’ailleurs ?

Les produits chez le vétérinaires ne sont pas, sauf exception toujours explicable, plus chers qu’ailleurs. Il suffit pour s’en persuader de comparer les prix de vente des aliments pour animaux vendus aussi en animalerie, ou des médicaments vétérinaires vendus aussi en pharmacie. Ils sont, sauf exception, identiques et parfois inférieurs ! Avec la connaissance de l’animal, l’écoute, le conseil, le suivi, la sécurité, la responsabilité et la disponibilité en plus…

Objectif : l’attention, la qualité et la sécurité des soins apportés à vos animaux

Le bien-être et la santé d’un animal ont un coût : la réalité du prix chez le vétérinaire repose sur des frais (personnel soignant, équipement et matériel, formation, stock, etc…)

Le vétérinaire est pratiquement le seul professionnel de santé à ne pas dépendre de fonds publics : il doit donc faire payer à ses clients la totalité des coûts des soins réalisés. La qualité exigée par les clients et les exigences administratives ne cessent d’augmenter. Un juste équilibre est donc en permanence recherché entre les besoins d’une structure vétérinaire pour délivrer une qualité de service sans faille, et les ressources financières qui ne peuvent venir que des honoraires payés par les client. La raison d’être de tout vétérinaire est de mettre à la portée du plus grand nombre une qualité et une sécurité des soins.

Cette qualité se doit d’être à la hauteur de l’affection des Français pour leurs animaux domestiques et du professionnalisme des éleveurs de France. C’est ce qui motive encore et pour longtemps les jeunes à embrasser cette belle profession qui fait toujours rêver.

L’utilisation d’antibiotiques chez les animaux

Viandes-antibiotiques

L’UTILISATION D’ANTIBIOTIQUES CHEZ LES ANIMAUX

Comment préserver les antimicrobiens maintenant et pour l’avenir. Les soins apportés par les vétérinaires aux animaux et à l’homme

L’utilisation des antimicrobiens requiert toujours une ordonnance vétérinaire Administration d’un antibiotique

Les antimicrobiens sont essentiels pour traiter et prévenir les maladies chez les animaux et les humains. Mais le risque que l’agent responsable de la maladie développe à leur égard une résistance augmente au fur et à mesure des utilisations. Pour s’assurer que les antimicrobiens restent efficaces, ils doivent être strictement contrôlés. Seuls les vétérinaires et les médecins devraient prescrire des antimicrobiens, à la suite d’un examen et d’un diagnostic clinique. Chaque fois que cela est possible, les tests de sensibilité doivent être effectués afin de déterminer quel antimicrobien sera le plus efficace pour traiter une affection particulière.

Mieux vaut prévenir que guérir

Un agriculteur peut réduire le risque de maladie de ses animaux et donc la nécessité d’utiliser des antimicrobiens en élaborant un plan de prophylaxie, en collaboration avec un vétérinaire. Celui-ci devrait souligner comment l’éleveur gardera ses animaux en bonne santé et garantira efficacement la biosécurité. Dans cette optique, les vétérinaires devraient procéder à de fréquentes visites des troupeaux dans toutes les exploitations. Les antibiotiques ne devraient jamais remplacer les bonnes pratiques d’élevage et la biosécurité. La prévention est essentielle pour tous les animaux, y compris les animaux de compagnie et les chevaux.

Les mesures devraient toujours être prises sur une base scientifique et une analyse de risques potentiels

Les mesures visant à assurer une utilisation responsable des antimicrobiens doivent toujours être fondées sur des preuves scientifiques et une évaluation approfondie des risques qu’ils présentent. Grâce à leurs connaissances et leur expérience, les vétérinaires jouent un rôle essentiel dans le développement de meilleures solutions pour gérer les antimicrobiens.

Un marché unique est nécessaire

Les produits pharmaceutiques sont certainement les produits les plus réglementés en Europe. Afin d’être certains que le plus grand nombre possible de médicaments vétérinaires soit disponible partout, nous avons besoin d’un véritable marché unique européen sans restriction – ce qui accroîtrait la disponibilité, l’accessibilité et les alternatives à l’utilisation des antimicrobiens.

Les nouveaux antimicrobiens et ceux qui sont d’une importance capitale doivent être strictement contrôlés

Nous devons prévenir le développement de la résistance aux antimicrobiens considérés comme “d’une importance capitale” ou aux nouveaux antimicrobiens aussi longtemps que possible. Les vétérinaires ne devraient les prescrire qu’en dernier recours, à la suite d’un test de sensibilité et devraient les administrer eux-mêmes.

Plus de travaux de recherche et de nouveaux produits sont nécessaires

La recherche devrait être fortement encouragée pour développer et rendre disponibles des tests diagnostiques rapides et des tests de sensibilité – en particulier ceux que les vétérinaires peuvent utiliser dans les exploitations agricoles sur le terrain ou dans les champs. Un environnement réglementaire fiable est essentiel afin d’encourager le développement de nouveaux produits antimicrobiens et de solutions alternatives à l’usage des antimicrobiens.

L’industrie de la santé animale devrait promouvoir une utilisation responsable

L’industrie pharmaceutique devrait montrer son engagement à promouvoir l’utilisation responsable des antimicrobiens en développant des produits antimicrobiens dans une démarche éthique, en réservant la publicité et la vente uniquement aux vétérinaires ou sur ordonnance d’un vétérinaire, et en fournissant des informations sur leur utilisation correcte.

Des campagnes promouvant une utilisation responsable des antimicrobiens sont nécessaires

Les autorités, les professions médicales et vétérinaires, les agriculteurs et le grand public doivent être plus conscients de l’importance d’une utilisation responsable des antimicrobiens. Les ventes sans ordonnance et illégales doivent être poursuivies et éliminées. Nous avons besoin de campagnes de publicité touchant à la fois le monde animal et le monde humain et faisant la promotion de changements durables des mentalités. Santé animale + santé humaine = une seule santé ; la santé animale et la santé humaine sont étroitement liées, et toutes les parties prenantes doivent travailler ensemble pour le bien commun.

Conditions de circulation avec un animal de compagne

ani

CONDITIONS DE CIRCULATION AVEC UN ANIMAL DE COMPAGNIE

Chien, chat et furet

Au sein de l’Union européenne. Conditions applicables depuis le 29 décembre 2014 pour les échanges non commerciaux : jusqu’à 5 carnivores domestiques

Exigences de base

  • Identification : transpondeur ou tatouage lisible si ce dernier a été pratiqué avant le 3 juiller 2011.
  • Passeport européen.
  • Vaccination antirabique, postérieur à l’identification, et valide : 21 jours après une primo-vaccination, respect des délais pour les rappels.

Exigences supplémentaires

Pour emmener les chiens en Irlande, au Royaume-Uni, à Malte et en Finlande, il faut en plus qu’ils soient âgés de plus de 3 mois, et qu’ils aient reçu, dans les 24 à 120 heures avant le passage de la frontière, un traitement contre l’échinococcose (mentionné par le vétérinaire dans le passeport, rubrique VII).

Remarque : toujours se renseigner auprès de la compagnie de transport pour savoir si elle a été approuvée pour le transport des carnivores domestiques au Royaume-Uni et à Malte.

Pour rentrer en France depuis un pays de l’UE

L’importation de chien de 1ère catégorie est interdite. Pour les autres races il faut suivre les exigences de bases présentées plus haut.

  • Examen clinique de moins de 48 heures par un vétérinaire habilité
  • Certificat sanitaire d’un vétérinaire officiel de moins de 48 heures attestant l’aptitude au voyage

Aller dans un pays tiers ou un territoire d’outre-mer

Avec un carnivore domestique : se renseigner auprès de l’ambassade du pays de destination (quarantaine, vaccination, test sérologique, formulaire de certificat sanitaire,…), ou pour l’importation au service d’Inspection vétérinaire et phytosanitaire aux frontières (SIEVP), ou pour l’exportation au Bureau de l’exportation vers les pays tiers (BEPT).

Rentrer en UE (ou en France) depuis un pays tiers

L’importation de chien de 1ère catégorie est interdite. Provenance : pays tiers autorisé figurant sur les listes figurant à l’article 1er de la décision d’exécution de la Commission du 21 octobre 2013 (2013/519/UE)

  • Identification et vaccination : exigences de base (voir plus haut).
  • Certificat sanitaire original établi par un vétérinaire officiel du pays d’origine + justificatifs de vaccination antirabique (lors de réintroduction, le passeport peut remplacer ce certificat sanitaire).
  • Titrage sérique des anticorps antirabique (≥ 50 Ul/ml) : prélèvement au moins 30 jours après la vaccination, et au moins 3 mois avant l’importation. En cas de réintroduction, il n’y a pas de délai s’il y a eu un titrage positif avant le départ, et que les vaccins ont été effectués dans les délais. Ce titrage n’est pas obligatoire si le pays tiers figure dans l’annexe 2 (partie B, section 2 et partie C) du Règlement (CE) n° 998/2003.

Remarques

  • Un animal de moins de 3 mois valablement vacciné dans le pays d’origine, et répondant aux exigences de base, peut entre en UE.
  • Il existe des conditions particulières d’importation en provenance de Malaisie ou d’Australie et à destination du Royaume-Uni, de l’Irlande, de la Suède et de Malte.
  • Pour la Guyane, obligation de vaccination antirabique.

Conseil pratique

Ne quitter le territoire européen qu’avec un animal identifié, vacciné contre la rage, avec un passeport, et après avoir réalisé un titrage sérique des anticorps antirabiques.
Entreprendre les démarches auprès du vétérinaire au moins 3 mois avant le départ.

Voyager avec son animal de compagnie au Royaume-Uni

693307

VOYAGER AVEC SON ANIMAL DE COMPAGNIE AU ROYAUME-UNI

Pet Travel Scheme : les nouveautés de 2012

Le Pet Travel Scheme est le nom du système qui permet aux chiens, aux chats et aux furets de rentrer directement au Royaume-Uni sans quarantaine s’ils respectent certaines règles. Plusieurs modifications sont intervenues parmi ces règles le 1er janvier 2012.

A date, voici les étapes à respecter pour importer chien, chat ou furet de la France vers le Royaume-Uni :

  • Identification : L’animal doit être identifié avec une puce électronique ou un tatouage si ce dernier est lisible et qu’il a été pratiqué avant le 3 juillet 2011. Cette disposition à propos du tatouage figure assez discrètement sur le site internet du ministère britannique en charge de l’Agriculture, tandis que ce même ministère a édité une brochure d’information sur les formalités exigées pour rentrer au Royaume-Uni où seule la puce électronique est mentionnée. De ce fait, si le tatouage doit normalement être accepté lors du passage de la frontière (s’il a été réalisé avant le 3 juillet 2011 et s’il est lisible), il est malheureusement aussi sans doute possible de se voir imposer l’identification par puce électronique. Face à ce risque (même faible) de refus d’entrée au Royaume-Uni, il convient pour les vétérinaires de bien informer les propriétaires d’animaux de cette éventualité.
  • Vaccination antirabique : Elle est toujours obligatoire et doit se faire après implantation de la puce électronique. Le délai d’attente pour entrer au Royaume-Uni après la date de primo-vaccination est de 21 jours. Les rappels de vaccination doivent être tenus à jours dans les délais impartis. En revanche, il n’est plus nécessaire de faire réaliser un titrage sérique.
  • Passeport européen : L’animal doit être titulaire d’un passeport européen.
  • Traitements antiparasitaires : Le traitement contre les tiques n’est plus nécessaire. En revanche, les chiens sont toujours soumis à l’obligation de traitement contre l’échinococcose qui doit être effectué entre 24 heures et 120 heures avant le passage de frontière (au lieu de 24 heures et 48 heures auparavant). Ce traitement doit être mentionné par le vétérinaire administrant le traitement dans la rubrique VII du passeport européen du chien.

Enfin, les chiens, chats et furets doivent toujours entrer au Royaume-Uni par les points d’entrée agréés. Ainsi il n’est pas possible d’importer au Royaume-Uni ces animaux dans un avion privé ou un voilier. Il faut se renseigner auprès de la compagnie de transport pour savoir si elle a été approuvée pour le transport des carnivores domestiques au Royaume-Uni pour une route autorisée (le ministère britannique pour l’Environnement, l’Alimentation et la Ruralité – DEFRA – tient une liste à jour des compagnies de transport approuvées).

Chiens dangereux

Certaines races sont interdites en Grande-Bretagne : pitbull (race non reconnues en France), Tosa japonais, Dogue argentin et Fila brazileiro. Les chiens de ces races ne peuvent pas entrer en Grande-Bretagne, ni les chiens issus de croisement de ces races. En revanche, les Rottweiler sont admis.

Identification des carnivores domestiques

identification-chat

IDENTIFICATION DES CARNIVORES DOMESTIQUES

Chiens, chats, furets

Le principe de l’identification est d’attribuer à un animal un numéro unique, enregistré dans un fichier.

Pourquoi ?

Implantation d’une puce électronique, parce que c’est une obligation légale.

En plus cela permet :

  • de faciliter les recherches des animaux perdus,
  • de lutter contre les trafics d’animaux,
  • de lutter contre des maladies comme la rage.

Qui ?

En cas de cession de chat ou de chien, le donateur ou le vendeur. Sinon, le propriété.

Quelle méthode choisir : puce électronique ou tatouage ?

Quelle que soit la méthode, le numéro doit être lisible et accompagné du document d’identification. En France, et pour l’entrée en France, les deux méthodes sont reconnues réglementairement.

Pour voyager en Europe, la puce électronique est obligatoire pour tous les carnivores domestiques identifiés depuis le 3 juillet 2011. Pour les autres, les deux méthodes (puce électronique, tatouage) sont reconnues, à la condition impérative que le numéro soit lisible et complété par la carte d’identification. L’identification doit être faite avant ou en même temps que la vaccination contre la rage. Attention, certains pays européens exigent l’identification par puce électronique : Irlande, Malte, Royaume-Uni, Suède et Finlande.

Pour voyager hors d’Europe, il faut se renseigner préalablement auprès de l’ambassade du pays.

Attention : Identification obligatoire pour tous les chats de plus de 7 moi nés après le 1er janvier 2012.

Quand ?

  • Pour les chiens : à partir de l’âge de 4 mois, pour tous ceux nés après le 6 janvier 1999, pour les chiens de catégorie 1 ou 2 ou pour recevoir une évaluation comportementale avec certification.
  • Pour les chiens et les chats : avant toute cession (vente ou don).
  • Pour les chiens, chats et furets : pour les vacciner contre la rage et leur établir un passeport européen afin de les faire bénéficier des mesures conservatoires, pour les emmener à l’étranger et pour les faire profiter d’un plus grand délai de garde en fourrière en cas de perte.
  • Obligatoire pour les chats nés après le 1er janvier 2012 et ayant plus de 7 mois.

Contre la rage

rage

CONTRE LA RAGE

Vaccination et surveillance, toujours d’actualité

Comment prévenir la rage ?

Vaccination contre la rage d’un chien. En faisant vacciner tous les ans vos carnivores domestiques : chiens, chats et furets.

La vaccination antirabique

  • Réalisation : sur un animal obligatoirement identifié par transpondeur (« puce électronique ») ou tatouage lisible par un vétérinaire sanitaire.
  • Enregistrement (obligatoire depuis le 1er janvier 2009) uniquement sur le passeport animal par le vétérinaire sanitaire.
  • En demandant la mise sous surveillance sanitaire de tout animal ayant mordu ou griffé

La surveillance sanitaire

  • Comment : 3 visites chez un vétérinaire sanitaire qui atteste que l’animal ne présente aucun symptôme de la maladie.
  • Durée de la surveillance : 15 jours pour un animal domestique et 30 jours pour un animal sauvage.
  • Certificats : Le vétérinaire remplit à chaque visite un document en cinq exemplaires dont un test transmis au Préfet, deux autres sont remis au détenteur de l’animal et à la personne mordue, le quatrième destiné aux autorités de police et le dernier conservé par le vétérinaire sanitaire.
  • Pourquoi : La mise en observation permet de vérifier si l’animal n’a pas déclaré les signes cliniques de la maladie dans les quinze jours qui suivent la morsure et que la personne mordue ou griffée n’a encouru aucun risque rabique au moment de l’agression.

Si un cas de rage survient dans votre voisinage mieux vaut que votre compagnon soit en règle. Lorsqu’un cas de rage est déclaré, certains carnivores domestiques doivent hélas être euthanasiés. Il s’agit de tous ceux : susceptibles d’avoir été en contact avec l’animal atteint, qui sont trouvés sur la voie publique et qui ne sont pas à la fois identifiés, vaccinés et titulaires d’un passeport.

Attention, dans ce contexte, tout animal sera euthanasié si :

  • il n’a pas été identifié (puce ou tatouage) car sa vaccination antirabique ne serait donc pas reconnue réglementairement valable.
  • la certification de sa vaccination antirabique a été réalisée sur un support autre que le passeport.

Le saviez-vous ?

  • La rage est une maladie d’actualité toujours mortelle chez l’homme si elle n’est pas traitée avant l’apparition des symptômes.
  • De 2006 à fin 2008, la France a sur son territoire métropolitain déclaré six cas de rage canine ou féline, et un homme en est décédé en Guyane en 2008.
  • Le vétérinaire a l’obligation légale de déclarer au maire tout fait de morsure dont il a connaissance.

Les médicaments sur internet: attention !

PHO43ce46fa-82c7-11e3-bf43-a98a1fa03282-805x453

LES MÉDICAMENTS SUR INTERNET : ATTENTION !

Votre vétérinaire exerce une profession réglementée et sa responsabilité professionnelle est engagée à chacun de ses actes médicaux et chirurgicaux.

Votre vétérinaire n’a pas le droit de signer une ordonnance préétablie

Vous ne pouvez pas exiger d’un vétérinaire qu’il rédige une ordonnance (acte relevant de sa seule responsabilité pour les médicaments soumis à prescription) ou qu’il signe une ordonnance déjà établie dans l’objectif de vous fournir des médicaments sur un site internet alors qu’il n’est pas le vétérinaire traitant de l’élevage ou de l’animal, ou qu’il n’a pas réalisé de diagnostic vétérinaire.

Le plus souvent, les sites internet qui proposent des médicament à la vente sont situés à l’étranger, dans des pays qui autorisent ce type de commerce. Néanmoins, la solution proposée par ces sites de faire signer une ordonnance préétablie par un vétérinaire est interdite en France. De plus il existe un risque non négligeable de se voir livrer des contrefaçons de médicaments qui peuvent être dangereux pour la santé des animaux (plus de 50% des médicaments vendus sur Internet sont des contrefaçons).

Les peines encourues

  • Rédiger une ordonnance sans examen clinique ou hors du cadre du bilan sanitaire et du protocole de soins est passible de 2 ans de prison et de 30 000 euros d’amende (article L5442-10 du Code la Santé Publique).
  • Signer une ordonnance préétablie rend le vétérinaire complice d’une automédication par un éleveur ou un particulier, et/ou d’un circuit de délivrance non autorisé (importation illégale par exemple). Cette méthode, faisant croire à un circuit autorisé, peut être assimilée à une tromperie pouvant engendrer un danger pour la santé de l’homme et de l’animal, ce qui est passible de 4 ans de prison et de 75 000 euros d’amende (article L.213-2 du Code de la consommation).